Archives du mot-clé anarchie

Publications: Parution de Lucioles n°20 – décembre 2014

Lucioles n°20 - décembre 2014.

Lucioles n°20 – décembre 2014.

Pour télécharger le bulletin, ou l’afficher en format PDF, cliquez ici ou sur l’image.

Lucioles est un bulletin apériodique, on peut y lire des textes d’analyse et d’agitation autour de Paris (et sa région) et de son quotidien dans une perspective anarchiste. On y parle des différentes manifestations d’insoumission et d’attaques dans lesquelles nous
pouvons nous reconnaître et déceler des potentialités de rupture vis-à-vis de l’Etat, du capitalisme et de la domination sous toutes ses formes en essayant de les relier entre elles et au quotidien de chacun.
Nous n’avons pas la volonté de représenter qui que ce soit, ni de défendre un quelconque bout de territoire en particulier qui n’est qu’un modèle réduit de ce monde de merde.
« Les lucioles on les voit parce qu’elles volent la nuit. Les insoumis font de la lumière aux yeux de la normalité parce que la société est grise comme la pacification. Le problème, ce ne sont pas les lucioles, mais bien la nuit. »

Besancon: Face à la direction d’intermarché – Communiqué de la CNT-25

Intermarché, Réponse au patron… et à la presse

Dans l’article du 20 novembre 2014 publié dans l’Est Républicain, Gérard Dedenon, directeur de l’intermarché Palente se présente comme un bon patron pris à la gorge par des employés qui refusent de travailler. Pourtant Mr Dedenon ment a plusieurs reprises dans ses déclarations.

article-est-rep Lire la suite

Besançon: CR du Resto-Trottoir de ce dimanche 30 nov.

Pancarte d'accueil.

Pancarte d’accueil.

Ce que je me disais hier, à propos du temps, dans le CR du rassemblement pro-IVG, à savoir si c’était grâce au bon karma du Resto Trottoir qu’on avait un si beau weekend, c’est confirmé: oui. Lire la suite

Besancon: Un bilan positif pour le rassemblement pro-IVG

On a ressorti notre banderole.

On a ressorti notre banderole.

Ce samedi 29 novembre, dans la capitale Comtoise, fraîche mais ensoleillée (sans doute grâce au Resto trottoir ce dimanche et son bon karma avec le temps ? ) Je m’égare un peu, mais quelle excellente journée que ce samedi !

Nous n’étions pas très nombreux (une quarantaine tout de même), de nombreux camarades étant parti à Lyon pour affirmer notre solidarité face au FN. J’aurais pu y aller, si certain.e.s camarades de Lyon  me lisent, ils me comprendront.

Je suis très attaché à la défense du droit des femmes à faire ce quelles veulent de leur corps et plus particulièrement à la défense du droit à l’IVG qui est très fragile en 2014.

De plus, une bonne trentaine de bisontin.e.s sont allés sur Lyon, ce qui nous représente largement. Et puis c’était très important pour moi d’être présent à cette mobilisation à Besançon pour la 4ème année consécutive.

Je m’y suis donc rendu à pied, je suis arrivé par le haut de la cathédrale St-Jean. J’ai aperçu des policiers, j’ai continué ma route et ils me l’ont barré,. L’un d’entre eux m’a appelé par mon nom (ca m’a surpris, je ne l’identifie pourtant pas) et m’a expliqué que je ne pouvais pas passer, qu’il y avait un dispositif en place, qu’on pouvait faire notre rassemblement mais pas d’accès à St-Jean qui était quadrillé. Je dois avouer qu’ils ont été poli et de bonne humeur. Je leur ai demandé si je pouvais couper par les escaliers Rivotte, à l’intérieur du dispositif, ils ont accepté, même si l’un d’eux m’a quand même escorter jusqu’aux escaliers.

Après un petit détour par le quartier Rivotte, j’arrive à la Porte Noire ou déjà une trentaine de camarades étaient présents.

sos-tout-pourri-2014-1

Notre rassemblement.

Les intégristes de Civitas et SOS-Tout pourri, une vingtaine de vieux (disons le), mais aussi quelques jeunes, viennent et s’agenouillent devant le parvis de la cathédrale, ou leur présence n’est pas la bienvenue même par l’archevêché. 

Les intégristes religieux - Une vingtaine.

Les intégristes religieux – Une vingtaine.

Au bout d’un petit quart d’heure, coup d’éclat ! Deux camarades, qui s’étaient infiltrés dans le rassemblement de SOS Tout-Pourri, faisant semblant de prier, se lèvent et sortent une banderole à la stupéfaction de la police qui ne s’attendait pas à ça.

20141129_140921

Intégristes de toutes les religions ca(re)ssez vous.

Bravo à eux. Après un contrôle sous un porche, les agents les ont relâché et ils nous ont rejoint sous un tonnerre d’applaudissements.

Malgré la présence de nombres d’entre nous à Lyon, nous étions encore plus que les intégristes ce qui est encourageant même si pas suffisant pour faire avancer l’égalité de la femme et de l’homme et d’autres sexes et nature.

Toutefois, j’ai trouvé ce rassemblement plus constructif que d’autres fois, même si peu de slogans, ça fait plaisir d’avoir vu de nouvelles têtes aussi, de discuter de choses intéressantes ou non avec elles/eux, de rire de la stupidité de ces gens…

TANT QU’ILS EXISTENT, NOUS SERONS LA POUR LES DÉNONCER, COMBATTRE LEURS IDÉES NAUSÉABONDES, LEUR MORALE D’UN AUTRE MILLÉNAIRE SUR LA FEMME ET SON CORPS, SA LIBERTÉ DE CHOIX…

Besancon: CR de la manifestation contre les violences policières

image10

Image de la manifestation de samedi 22 novembre. Image: Syndicat-AMEB.

Après une prise de parole place du Huit septembre, le cortège s’est mis en marche dans le centre-ville, derrière une large banderole « Qui nous protège de la police? ».

De nombreux slogans sont scandés, en hommage à Rémi Fraisse « Rémi, on n’oublie pas, on n’pardonne pas! », contre les institutions qui organisent la répression des mouvements sociaux « A bas l’armée, les flics et les RG! », « La police mutile, la police assassine! », « Police assassine, justice complice! » mais aussi faisant le lien entre la répression et les luttes contres l’austérité, notamment dans les universités « De l’argent pour les facs et les lycées, pas pour les flics et l’armée! ».

Des arrêts sont marqués devant la préfecture et le siège local du Parti Socialiste, symboles du pouvoir répressif en place, puis la manifestation se termine devant le commissariat central de la ville.

Plusieurs actions symboliques sont alors menées pour dénoncer les violences policières et l’impunité dont elles bénéficient : sol et façades aspergés de faux sang, dépôt de bougies, incendie d’un mannequin en uniforme et lecture de l’appel de l’assemblée populaire du plateau des Millevaches à bloquer les commissariats, gendarmeries et casernes.

Au moment de la dispersion et profitant du départ des manifestant-e-s, des flics de la BAC ont interpellé un jeune qui aurait jeté un caillou sur le toit du commissariat…

Plusieurs dizaines de personnes sont alors restées postées en solidarité devant le bâtiment pour demander la libération du camarade.

[Hormis cette interpellation, une détermination et une colère intacte, et la volonté de se réapproprier la rue face aux forces de l’ordre, sabreuses de toute contestation sociale et protectrices des intérêts de la bourgeoisie.]

Source: Syndicat AMEB[*]

[*] Sauf le dernier paragraphe que j’ai remanié légèrement, car il laissait entendre une certaine dissociation de la part des manifestant.e.s vis à vis à vis du jeune manifestant interpellé (mineur); soyons clair : Nous autres, sommes solidaires et nous ne nous dissocions JAMAIS les un.e.s des autres ! Surtout dans le cadre d’une manifestation et/ou d’une action individuelle. Si l’on n’est pas d’accord avec ce principe fondamental de l’anarchisme qui est la solidarité dans TOUTES les épreuves avec ses camarades, on peut aller rejoindre le rang des flics car on vaut pas mieux qu’eux dans ce cas !                              Autre chose, la formule: «la manifestation s’est déroulée dans le calme», fait trop média mainstream. On s’en fout en fait qu’elle se soit déroulée dans le calme…

Merci à la vigilance du Chat Noir Émeutier, car je n’avais pas compris le dernier paragraphe de cette manière. Étant très fatigué hier soir, j’ai bricolé un petit truc pas très clair. Je pense avoir clarifier les choses.

MISE À JOUR (JEUDI 27 NOV. 2014) :

Voici un deuxième point de vue, reçu par mail ce matin :

Près de 100 personnes partent en manif à travers le centre-ville, où retentit des slogans comme “Tout le monde déteste la police”, “flics porcs assassins” accompagnées d’un RG à vélo qui nous suit sur les côtés.

Le cortège se dirige en direction de la préf’, puis du local PS. Rien à signaler, mis à part qu’on y trouve bien plus de flics mobilisés (casques et boucliers) qu’au centre-ville, où l’on était noyé dans la masse de passants / consommateurs d’un samedi après-midi.

En arrivant au commissariat central de la gare d’eau, une rangée de bleus casqués protège l’entrée “privée” du parking interne, sur lequel se trouve plusieurs véhicules personnels de flics et d’autres sérigraphiés “police”.

Mais le cortège poursuit sa route jusqu’à l’entrée “publique” de ce lieu d’oppression.

Très vite, du liquide de couleur rouge est jeté sur les murs et le sol du comico; les bleus s’énervent et rappliquent pour protéger l’entrée.

Un mannequin de flic est incendié et crâment pendant plusieurs minutes sous le regard des keufs.

La BAC profite de la situation de dispersion confuse pour interpeller un manifestant accusé d’avoir lancé une pierre sur les policiers (dont malheureusement aucun n’a été touché).

Etant mineur, il est ressorti en fin de journée avec une convocation devant un juge pour enfants. A suivre.

également envoyé et publié sur le chatnoiremeutier: http://lechatnoiremeutier.noblogs.org/post/2014/11/23/partout-manifs-sauvages-du-22-novembre-contre-la-police/

Devant le commissariat de la Gare D'Eau...

Devant le commissariat de la Gare D’Eau…

manif14manif11

Besancon: Quand Intermarché Palente vole ses employés

L'intermarché du quartier Palente - Boulevard Léon Blum

L’intermarché du quartier Palente – Boulevard Léon Blum

Communiqué de la CNT-25 :

Aujourd’hui, le monde du travail et ses conditions sont de plus en plus difficiles pour les salarié.e.s :

Les exigences et les cadences augmentent, les salaires stagnent, la pauvreté et la précarité se généralisent toujours plus. Celles et ceux qui se lèvent tôt le matin pour travailler dur, demeurent encore, et de multiples façons, victimes du patronat.

Comme si cela ne suffisait pas, il semblerait que la direction d’Intermarché (73 boulevard Léon Blum à Besançon) ait pris une bien mauvaise et fâcheuse habitude, Lire la suite

Communiqué de soutien au Jura libertaire – Soyons hostiles à la police

soyons-hostiles-à-la-police

Image d’illustration

communiqué remis en main propre par un membre du groupe informel bisontin: «El mano de la muerte»…

 » Nous tenons à affirmer notre plus grand soutien à nos camarades du Jura libertaire qui vont comparaître devant les  forces répressives _Habituels du pouvoir.

Ils n’ont fait que dénoncer les crimes commis par les affidés bouffons et autres relais de l’état nous ne compterons pas nos drapeaux ni nos pas, nous marchons vers la destruction TOTALE de la police nationale.

Nous sommes prêts; nous sommes anarchistes. N’attendez rien de nous, nous n’attendons rien de vous. Nous connaissons votre visage vous ne connaissez pas le nôtre.

Nous sommes masqués, nous serons la terreur, prenez peur! Les geôles, les cages, jamais, ne mutileront notre parole vive, rafraîchissante, qui est celle de notre liberté.

MORT AUX VACHES! MORT AUX LOIS! VIVE L’ANARCHIE!

À BIENTÔT CONNARDS!!!!!!! « 

Source: M.D.L.M (Groupe «Main de la mort»)

CR du rassemblement antimilitariste du 11 novembre 2014

rassemblement-11-novembre

Rassemblement antimilitariste du 11 novembre 2014 – Besançon

Une cinquantaine de personnes se sont réunies ce mardi 11 novembre à Besançon au 11 rue Battant, au pied de la plaque en mémoire de Lucien Jean-Baptiste Bersot. Lire la suite

Bordeaux: Appel à mobilisation le 22 novembre dans le cadre de la journée contre les répressions policières

Appel de Bordeaux

Appel de Bordeaux

Les luttes à Notre-Dame-des-Landes, au Testet et partout ailleurs, ont poussé l’état dans ses retranchements.

Une fois encore, il a commis l’irréparable. Il a tué.

Depuis, partout en France, des mouvements ne cessent de prendre de l’ampleur: lycées et facs bloqués, occupations de gendarmerie, blocage de flux, manifestations… Lire la suite

Franche-Comté: Procès du Jura Libertaire pour injure publiques envers la Police

Reçu par mail. Vous pouvez vous aussi envoyer vos communiqués et informations à l’adresse suivante:

[email protected]

Vendredi 14 novembre 2014 à 13 heures se tiendra devant la 17e chambre correctionnelle de Paris le procès du Jura Libertaire, poursuivi suite à une plainte pour « injure et diffamation publiques envers la Police nationale », déposée en juillet 2010 par le ministre de l’Intérieur d’alors.

suites-plainte-juralibLire le texte d’appel pour le procès du Juralib