Archives du mot-clé Antifa

Se faire bouffer par Google ou résister ! Quelques outils

Degooglisons-internet Les services en ligne toujours plus centralisés de géants tentaculaires comme Google, Amazon, Facebook, Apple ou Microsoft (GAFAM) mettent en danger nos vies numériques. Lire la suite

Besancon: Un bilan positif pour le rassemblement pro-IVG

On a ressorti notre banderole.

On a ressorti notre banderole.

Ce samedi 29 novembre, dans la capitale Comtoise, fraîche mais ensoleillée (sans doute grâce au Resto trottoir ce dimanche et son bon karma avec le temps ? ) Je m’égare un peu, mais quelle excellente journée que ce samedi !

Nous n’étions pas très nombreux (une quarantaine tout de même), de nombreux camarades étant parti à Lyon pour affirmer notre solidarité face au FN. J’aurais pu y aller, si certain.e.s camarades de Lyon  me lisent, ils me comprendront.

Je suis très attaché à la défense du droit des femmes à faire ce quelles veulent de leur corps et plus particulièrement à la défense du droit à l’IVG qui est très fragile en 2014.

De plus, une bonne trentaine de bisontin.e.s sont allés sur Lyon, ce qui nous représente largement. Et puis c’était très important pour moi d’être présent à cette mobilisation à Besançon pour la 4ème année consécutive.

Je m’y suis donc rendu à pied, je suis arrivé par le haut de la cathédrale St-Jean. J’ai aperçu des policiers, j’ai continué ma route et ils me l’ont barré,. L’un d’entre eux m’a appelé par mon nom (ca m’a surpris, je ne l’identifie pourtant pas) et m’a expliqué que je ne pouvais pas passer, qu’il y avait un dispositif en place, qu’on pouvait faire notre rassemblement mais pas d’accès à St-Jean qui était quadrillé. Je dois avouer qu’ils ont été poli et de bonne humeur. Je leur ai demandé si je pouvais couper par les escaliers Rivotte, à l’intérieur du dispositif, ils ont accepté, même si l’un d’eux m’a quand même escorter jusqu’aux escaliers.

Après un petit détour par le quartier Rivotte, j’arrive à la Porte Noire ou déjà une trentaine de camarades étaient présents.

sos-tout-pourri-2014-1

Notre rassemblement.

Les intégristes de Civitas et SOS-Tout pourri, une vingtaine de vieux (disons le), mais aussi quelques jeunes, viennent et s’agenouillent devant le parvis de la cathédrale, ou leur présence n’est pas la bienvenue même par l’archevêché. 

Les intégristes religieux - Une vingtaine.

Les intégristes religieux – Une vingtaine.

Au bout d’un petit quart d’heure, coup d’éclat ! Deux camarades, qui s’étaient infiltrés dans le rassemblement de SOS Tout-Pourri, faisant semblant de prier, se lèvent et sortent une banderole à la stupéfaction de la police qui ne s’attendait pas à ça.

20141129_140921

Intégristes de toutes les religions ca(re)ssez vous.

Bravo à eux. Après un contrôle sous un porche, les agents les ont relâché et ils nous ont rejoint sous un tonnerre d’applaudissements.

Malgré la présence de nombres d’entre nous à Lyon, nous étions encore plus que les intégristes ce qui est encourageant même si pas suffisant pour faire avancer l’égalité de la femme et de l’homme et d’autres sexes et nature.

Toutefois, j’ai trouvé ce rassemblement plus constructif que d’autres fois, même si peu de slogans, ça fait plaisir d’avoir vu de nouvelles têtes aussi, de discuter de choses intéressantes ou non avec elles/eux, de rire de la stupidité de ces gens…

TANT QU’ILS EXISTENT, NOUS SERONS LA POUR LES DÉNONCER, COMBATTRE LEURS IDÉES NAUSÉABONDES, LEUR MORALE D’UN AUTRE MILLÉNAIRE SUR LA FEMME ET SON CORPS, SA LIBERTÉ DE CHOIX…

Besancon: Rassemblement contre SOS tout-pourri samedi 29 novembre

Rassemblement 29 Novembre,

14h devant la cathédrale st jean

A BESANÇON COMME PARTOUT AILLEURS,

NE LAISSONS PAS L’ OBSCURANTISME RELIGIEUX RÉPANDRE SA MORALE NAUSÉABONDE !

39 ans après l’adoption de la loi Veil, le débat sur le droit à l’avortement est plus que jamais relancé.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi pour l’égalité femmes-hommes, il a été voté (malgré les cris d’orfraies des parlementaires de droite), mardi 21 janvier 2014 un amendement qui supprime l’idée d’une nécessaire « situation de détresse » de la femme pour pouvoir recourir à l’IVG.

Désormais la simple volonté de la femme concernée de ne pas poursuivre une grossesse est suffisant. Il aura donc fallu 39 ans pour que le législateur comprenne que L’IVG n’est pas un événement exceptionnel mais une composante de la vie sexuelle et doit être pris en compte comme telle. CHAQUE ANNEE, EN FRANCE, PLUS DE 200 000 FEMMES AVORTENT. C’EST LEUR DROIT. ELLES N’ONT PAS A SE JUSTIFIER, SE SENTIR COUPABLE NI DEMANDER PARDON.

Des libertés conquises de hautes luttes mais qui restent fragiles face au démantèlement global du service public : Parallèlement à la diminution drastique des subventions des plannings familiaux, nous assistons ces dix dernières années à la fermeture de nombreux centres pratiquant l’IVG. La loi HPST dite Bachelot a permis par les regroupements hospitaliers, la fermeture de centres de proximité pratiquant l’IVG, provoquant l’inégalité d’accès aux moyens de contraception malgré les nouvelles mesures de gratuité, la fermeture de centres d’orthogénie ou la mise en place de restrictions par certains établissements, entraînant également sous couvert d’économie la pénurie d’un personnel médical et paramédical formé et volontaire(dans dix ans, il n’y aura plus assez de médecins pour faire des IVG en France).

Désormais près de la moitié des 857 services de gynéco-obstétrique (chiffre 2011) ne pratiquent pas d’avortement alors que la loi de 1979 a décidé la création d’un centre IVG dans chaque hôpital public. Ces divers éléments montrent que le droit à l’IVG est de plus en plus menacé. Si le droit à l’IVG est largement acquis en France, c’est la légitimité de se trouver en situation de pouvoir y recourir qui est en danger. Nous sommes en train de revenir doucement sur la liberté des femmes à disposer de leur corps par la diminution des moyens matériels.

Plus que jamais il est nécessaire de continuer de lutter pour :

• Une meilleure information et un meilleur accès libre et gratuit à la contraception et à l’IVG

• La défense d’un système de santé public, gratuit et accessible à tou-te-s

• Le droit pour chacun-e de disposer librement de son corps et de s’épanouir dans la sexualité qu’il ou elle choisit.

Quelques dates clés:

1975: en janvier, loi dite Loi Veil qui instaure la dépénalisation de l’avortement en France.

1999: mise en vente libre de la « pilule du lendemain ».

2013: Conformément à la promesse de campagne de François Hollande, le gouvernement décide, un an après son arrivée au pouvoir, de rembourser à 100% l’IVG par l’assurance-maladie.

2014: amendement qui supprime l’idée d’une nécessaire « situation de détresse » de la femme pour pouvoir recourir à l’IVG.

Quelques chiffres clés:

207 120 : C’est le nombre d’avortements pratiqués en au cours de l’année 2012 en France (Sources : DREES et CNAM-TS), en majeur partie grâce à la méthode médicamenteuse. Si cette donnée peut encore surprendre, elle demeure stable depuis 2006 après 10 ans de hausse (le nombre d’IVG a en effet légèrement augmenté entre le milieu des années 90 et 2006).

35% : aujourd’hui, environ une française sur trois a eu recours à un avortement au cours de sa vie et que 72 % des femmes ayant recours à l’IVG étaient sous contraception tous moyens confondus.(Sources : INED, DREES et CNAM-TS).

La majorité des femmes prennent en charge leur contraception et choisissent en connaissance de leurs droits, d’interrompre ou non une grossesse non prévue.

12 semaines: c’est le délai légal maximum pour recourir à l’IVG après le début de la grossesse (10 semaines jusqu’en 2001).

15 000: C’est le nombre d’avortements pratiqués tous les ans sur des mineures. La loi « Aubry-Guigou » autorise les mineures à avoir accès à l’IVG sans autorisation parentale.

2,7%: C’est le pourcentage de femmes de 20 à 24 ans qui a recours chaque année à l’avortement. Soit le taux le plus élevé parmi les différentes tranches d’âges.

5 000 : C’est le nombres moyen chaque année de femmes contraintes d’aller avorter à l’étranger faute de service public de proximité rapide UN RETOUR D’UN ORDRE MORAL D’UN AUTRE SIÈCLE ?

Il n’aura échappé à personne que depuis l’année passée avec les « manif pour tous », les paranoïaques de la « théorie du genre » et autres promoteurs du roman national, nous assistons à un retour d’un racisme et d’un sexisme « décomplexés ».

Les cibles? Les musulmans, les Roms, les homosexuel-les mais également les femmes : il ne faut pas oublier les menaces de viols et les agressions dont ont été victimes des militantes syndicales ou féministes.

La « manif pour tous » et son modèle familial désuet qui veulent re-coincer la femme entre le mari et les gosses sont la preuve que hélas notre société reste hétéro-sexiste, viriliste et encore dominée par une morale religieuse et patriarcale. Être mère est trop souvent présenté comme un passage obligé pour toute femme «qui se respecte». L’avortement est donc, dans ce cadre, bien souvent considéré comme un acte «irresponsable» voir «coupable».

L’IVG est toujours pensée comme un mal honteux et traumatisant alors qu’elle est un moyen de maîtrise de son corps et de sa sexualité.

Ces considérations sont autant de violences faites aux femmes souhaitant avorter. Les témoignages sont multiples:

  • mauvais accueils (y compris de la part des personnels soignants et de certains médecins)
  • culpabilisation
  • humiliations
  • encouragement à renoncer au désir d’avorter

Autant de pratiques plus ou moins insidieuses qui se dressent contre l’émancipation des femmes. Les libertés sexuelles sont des libertés fondamentales en termes de santé publique, mais surtout en termes d’autonomie et d’indépendance dans le respect des différences.

L’accès libre à la contraception et la liberté à avorter ne s’opposent pas, ils sont tous deux fondamentaux, inaliénables et complémentaires dans la maîtrise de la fécondité.

Chaque femme doit pouvoir, si elle le souhaite, accéder à l’avortement sans pression ni culpabilisation, dans le respect de sa décision.

LE SILENCE A PROPOS DES IVG ET LA STIGMATISATION DE L’AVORTEMENT DOIVENT S’ARRÊTER ICI ET MAINTENANT !

Face au sabordage du service public de nombreuses associations soi-disant « pro-vie » mais surtout « anti-choix », moralistes d’un autre siècle, ont profité de cette opportunité pour vomir leurs mensonges.

En septembre 2013 le gouvernement français a dû mettre en place le site internet www.ivg.gouv.fr, et le planning familial le site web ivg.planning-familial.org pour lutter contre la désinformation des sites anti-choix tel que:

  • SOS-IVG,
  • IVG.net,
  • SOS femme enceinte
  • SOS future maman

il s’agit de sites créés par des militants religieux qui sous couvert d’aide et d’information, culpabilisent les personnes tenter par l’IVG en parlant d’avortements forcés et de traumatismes post-avortement systématiques, alors qu’en réalité il y a statistiquement plus de traumatismes post-naissance.

De plus les lobbies religieux sont très actifs à Bruxelles, et tentent régulièrement de faire passer des lois pour « la reconnaissance de l’embryon humain », ce qui équivaut à légiférer l’avortement comme homicide.

Parmi ces moralisateurs, on trouve l’association SOS Tout-petits Sous un semblant de respectabilité familiale «bon enfant», se dissimule l’intégrisme religieux le plus intolérant et le plus hostile à toute idée de pouvoir vivre une sexualité propre à chacun-e.

Leurs mots d’ordre : abrogation de la loi Veil, lutte contre l’euthanasie, mobilisation contre le PACS et le mariage pour tous, lutte contre les «perversions sexuelles» (ils considèrent les homosexuel-les comme «des malades» qu’il faut soigner), contre la liberté sexuelle (ils s’élèvent contre la gratuité des moyens contraceptifs pour les mineurs, et leur usage), ceci bien entendu afin de défendre la sacro-sainte «morale» publique, la famille et la chrétienté (Amen!).

Cette association mène couramment des manifestations à proximité d’établissements hospitaliers pratiquant des avortements ou en empêchant leurs accès (comme régulièrement l’hôpital Tenon à Paris), manifestations souvent épaulées par un service d’ordre composé de militants fascistes (GUD, bloc identitaire, renouveau français, et autres néo-nazis).

Xavier Dor, médecin catholique, président de SOS tout petits, et ancien initiateur des commandos anti-IVG, a été condamné à plusieurs reprises pour délit d’entrave à l’IVG.

Cette année, il a été condamné en appel à dix mille euros d’amende pour délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse.

Le but des anti-IVG est systématiquement d’intimider et de culpabiliser les femmes, de leur refuser la libre disposition de leur corps et de décider de leur vie à leur place.

Face à la prière de rue de SOS-Tout-Petit: Rassemblement 29 Novembre, 14h devant la cathédrale st jean à Besançon.

Source: FA de Besançon

 

Antifascisme: Appel à aller à Lyon le 29 novembre 2014

Lyon-29-30-novembre

Le 29 novembre se tient le congrès du FN à Lyon

La crise économique, les mesures d’austérité et l’apparente faiblesse de la classe politique sèment la confusion. Le contexte est propice. Il s’agit pour le FN d’élaborer un programme se présentant comme une alternative aux partis traditionnels, en vue des prochaines élections.

Malgré ses opérations de lifting, le FN reste ce parti xénophobe de la « France aux Français ». Dans les villes où il a été élu, le constat est clair : les frontistes ne luttent pas contre le chômage mais contre les chômeurs, ni contre la pauvreté mais contre les pauvres.

D’autres mouvements comme les Identitaires (particulièrement présents à Lyon) et Égalité et Réconciliation, issus de courant nationalistes, antisémites ou néo-nazis, occupent les médias avec leurs discours. Ils se présentent à leur tour en rupture, anti-système ou révolutionnaires, tout en rabattant de fait de l’électorat pour le FN.

Dans la rue s’enchaînent manif anti-immigré.e.s à Calais, attaques de camps de Rroms par des groupuscules à Rennes ou à Lyon, manifestations contre le mariage pour tou-te-s, « jours de colère »… L’ambiance pue !

Dans toute l’Europe, le repli identitaire comme la désignation de boucs émissaires et l’opportunisme électoral d’extrême droite se sont répandus.

Mais agiter le spectre de l’extrême droite et vouloir diaboliser le FN,
c’est oublier que ses idées sécuritaires, nationalistes et racistes ont largement inspiré les gouvernements, de droite comme de gauche, ces dernières années !

Sans-papiers, Rroms et étranger-e-s sont présenté-e-s comme la source de tous les problèmes et régulièrement visé-e-s par de nouveaux dispositifs répressifs.

Quotidiennement la police traque, tabasse, tue et expulse hors d’une Europe aux frontières meurtrières. L’État et sa police n’hésitent pas à réprimer violemment tou-te-s ceux et celles qui refusent de se laisser marcher dessus. On pense à toutes les victimes de mutilations et de crimes policiers dans les quartiers, dans les stades, dans les ZAD ou tout simplement dans la vie quotidienne.

Quant aux crispations sur l’identité nationale et la laïcité, elles cachent mal une prise de partie islamophobe des gouvernants.

Nous faisons face au racisme d’État comme à sa « préférence nationale » chaque jour.
Et les partis de gauche voudraient que « tous ensemble », on s’allie contre l’extrême droite…

Nous ne nous indignons pas de la montée de l’extrême droite, nous voulons nous organiser en conséquence !

Pour toutes ces raisons, et dans le contexte actuel de révolte après la mort de Rémi, nous appelons à une réaction dans la rue le 29 novembre, quitte à trouver la police sur notre route et à refuser de faire marche arrière !

Il n’est pas possible que la venue du FN à Lyon se déroule tranquillement !

Rendez-Vous le 29 novembre à 14h
place Jean Macé
(Lyon 7e, métro B, tram T2)

Venez déterminé-e-s.

Source: C.A.Besançon

_____________________________________________________________________________________________

Départs de toute la France

Nombreuses organisations locales ont prévu des départs en commun (en bus ou en train) afin de réduire les frais de transport. Voici une première liste (qui sera complétée au fur et à mesure) indiquant les départs par ordre alphabétique :

Départ de Besancon :                                                                                                                       Déplacement depuis Besançon organisé par le CAB (Collectif Antifasciste de Besançon). Départ le samedi matin, retour le soir. 10€ tarif précaires et étudiants  –  20€ tarif normal  –  20€ et + tarif soutien. Réservation: [email protected] –  Informations: cabesancon.wordpress.com Lire la suite

Hommage aux algériennes et aux algériens victimes de la répression policière le 17 octobre 1961

VERSION AUDIO DE L’ARTICLE :

 

image-manifestation-17-octobre-1961-1

Photo de la manifestation organisée par le FLN.

Ce vendredi 17 octobre, je tiens à rendre hommage aux victimes du massacre du 17 octobre 1961 à Paris.

Lire la suite

Antifascisme: Un an après la mort de Clément, rassemblement et concert le 5 juin

Le 5 juin 2013, Clément, syndicaliste étudiant et militant antifasciste était battu à mort par des nervis d’extrême-droite.

Un an après, force est de constater que les agressions racistes, sexistes et homophobes n’ont pas cessé. Elles participent à l’installation d’un climat de haine qui s’ajoute aux multiples oppressions (violences policières, expulsions, stigmatisations, islamophobie, lois racistes, remise en cause du droit à l’IVG…) subies par les populations les plus exploitées. Les récents scores électoraux du Front National, la banalisation sur internet de l’antisémitisme et du complotisme avec Egalité & Réconciliation (Soral, Dieudonné), l’implantation près de Besançon du Bloc Identitaire, ou la réapparition en Franche-Comté d’organisations nazies telles que Blood & Honour C18 ne sont pas là non plus pour nous rassurer.

La meilleure façon de rendre hommage à Clément est de poursuivre le combat contre l’extrême-droite et contre toutes les formes d’oppressions.

À la mémoire de notre camarade : ni oubli, ni pardon !

Non à la banalisation de l’extrême-droite et de ses idées !

———————————

Un an après la mort de Clément, l’AMEB-Solidaires Etudiant-e-s et le Collectif Antifasciste de Besançon (CAB) appellent à participer massivement, le jeudi 5 juin, au

RASSEMBLEMENT

Place du 8 septembre à 18 heures

Suivi d’un

CONCERT

au bar le Maquis (9 rue Claude Pouillet) à 21 heures, avec ASTAROJNA (chanson tragico-festive) et THE IMPRESSIVE BURRICOS DE LA PLAYA

Entrée libre (indication PAF 4€), tous les bénéfices étant reversés au Comité pour Clément.

concert-solidarité-Clément-Meric

Source: AMEB

Montpellier: Manifestation inter-régionale antifasciste – Dimanche 06 avril

collectif-Antifa-Montpellier-et-alentours

Manifestation inter-régionale antifasciste Montpellier
dimanche 6 avril
Rendez-vous à 13h à Plan Cabanes (tram 3, arrêt Plan Cabanes)

 

Plus d’informations sur leur site: Collectif antifasciste Montpellier

Nantes: Appel à une contre-manifestation à «Jour de Colère»

Source image: RAF-Indre

Source image: RAF-Indre

On connaît leurs méthodes et leurs motivations, leurs revendications sont dangereuses : ultra-sécuritaire, racistes, xénophobes, nationaliste…

Organisons-nous, faisons tourner l’info et soyons présents dans la rue le 6 avril pour dire non à leurs rêves liberticides et anti-égalitaire !

Contre manifestation le 8 avril à Nantes, les fachos n’auront ni la rue, ni le pouvoir !

Pas de fascistes dans nos quartiers, pas de quartiers pour les fascistes !

No pasaran !

Source: Indymedia Nantes avec RAF-Indre

Dijon – 5 avril : Ca va être leur fête !

Le 5 avril, le collectif brun «jour de colère» organise des mobilisations un peu partout en France.

À Besançon, une mobilisation  était initialement prévue ce même week-end; elle a  été annulée par les organisateurs, qui ont appelé à rejoindre la manifestation de Dijon le 5 avril.

C’est quoi «Jour de colère» ?

Voici une courte vidéo de présentation de ce collectif… Cette vidéo tente de regrouper les différents groupuscules, associations, partis de France qui composent JOUR DE COLÈRE pour mieux comprendre, pour mieux combattre :

À voir, le texte d’appel à un «jour de colère contre les fascistes» à Dijon le 5 avril 2014.

affiche-rassemblement-contre-jour-de-colere-Dijon-5-avril-2014affiche-ça-va-être-leur-fête-Dijon-5-avril-2014

Le C.A.B (Collectif Antifasciste de Besançon) appelle sur son site à se joindre à la mobilisation de Dijon.

Vous pouvez écrire au collectif 5 avril en envoyant un email à: [email protected]

 

Source de l’article: CABesançon5 avril