Archives du mot-clé cnt 25

#Besancon – Face au patron voleur : Réclamons nos droits !

Banderole

Ce dimanche 18 septembre, à l’appel de la CNT 25, une vingtaine de personnes, dont des membres de la CNT Jura, se sont rassemblées devant l’Intermarché (73 blv Leon Blum) pour exiger le paiement de la prime de précarité de S., une caissière.

tractage-aux-voituresDes tracts ont été distribués aux personnes en véhicules, venues faire leurs courses. Même si quelques personnes étaient opposées à notre action, une large part nous a affirmée son soutien. Outre les nombreux : «c’est bien ce que vous faîtes» «bon courage» «bravo»… une dame nous a lâchée : «Continuez ! C’est des crevures la dedans, ils mettent la pression à leur personnel, y’a personne qui ose parler» «J’aime bien parce que vous êtes combatifs et ça c’est bien ! » avant de s’en aller.

négociations-avec-le-directeur

Les négociations avec le gérant (G. Dedenon)

Les «négociations» entre le gérant, Gérard Dedenon, l’ex-salariée avec la CNT 25, n’ont pas durée longtemps et ont encore échouées. Le directeur s’enferme dans son refus de lui verser sa prime de précarité en se rangeant derrière le droit du travail, ne comprenant toujours pas qu’il ne s’agit pas d’une question légale mais morale.

Comme il s’en sert si bien dans la presse pour émouvoir le public, S. a une petite fille qu’elle doit assumer seule. Elle ne peut pas l’élever correctement en travaillant à temps plein avec des horaires du style : 8H – 20H et le dimanche matin. De plus, elle suit une formation pour obtenir un CAP esthétique. Elle dénonce également une «très mauvaise ambiance» et le fait qu’à Intermarché Léon Blum «on peut travailler le dimanche […] sans être payé en plus», de même pour les inventaires !

Alors que dans certaines autres enseignes à Besançon, les employé.e.s sont payé.e.s double voir triple (il me semble que c’est à Carrefour le triple mais je n’en suis pas certains, à vérifier donc) le dimanche; à Intermarché Léon Blum, les salarié.e.s eux/elles sont assi.e.s en classe «éco» et ont intérêt (l’ont ils/elles vraiment ?) à la boucler vu le climat qui règne…

tractage

Disposé.e.s de part et d’autres pour distribuer les tracts aux véhicules.

Le pire, c’est que le patron d’intermarché paye des vigiles (4 en tout) pour nous surveiller, car bien évidement l’accès au parking et au magasin nous est interdit. La police est passée à plusieurs reprises pour s’en assurer. On ne sait jamais avec les méchants anars !

les-vigiles

Les vigiles.

À l’intérieur il laisse entendre aux salarié.e.s que le magasin est au bord du gouffre à cause de notre mouvement et de l’appel au boycott qui avait été lancé par la CNT-25 en décembre.

C’est définitivement un menteur ce type !

En effet le magasin ne marche plus trop, depuis le changement de gérance du magasin. Depuis que Mr Dieusaerte a «refilé» l’affaire à Mr Dedenon grosso-modo.

Au lieu de s’abaisser devant ce pourri qui ne leur apporte rien et leur avance des arguments fallacieux sur nous, les salarié.e.s d’Intermarché Blum devraient soutenir S. ouvertement, rejoindre le mouvement, se battre pour leurs droits à eux/elles aussi, nous sommes CLAIREMENT de leur côté, S. aussi est de leur côté et nous désirons faire avancer les choses pour l’ensemble du personnel. Donc : Gérard D. TA GUEULE !

Je veux bien croire que l’appel au boycott de la CNT-25 ai pu ne pas arranger les choses, mais imputer la baisse de fréquentation de son magasin et la menace de faillite de celui-ci par la simple action de la CNT-25 ??! Lui qui est prêt à payer 4 vigiles à chaque piquet organisé par la CNT pour ne pas donner 1000 malheureux euros à une ancienne caissière ??!

Étrange démarche pour un patron «au bord du gouffre»…

Et il doit avoir Alzheimer, il ne se rappelle plus que ça fait plus d’un an que le magasin marche moins, d’après de nombreu-x-ses employé.e.s.

On devrait s’interroger sur la gestion de Dedenon de l’entreprise, quel est son passé par exemple; qui sait, il a peut être fait couler un autre magasin… ?

Les camarades de la CNT-25 ont prévu de revenir tant qu’il le faudra, pour informer la clientèle de ce qui se passe à l’intérieur. (l’envers du décor)

Ici, le communiqué de la CNT-25 en réponse aux mensonges du patron :

9-mensonges-une-bonne-dose-de-mauvaise-foi

La lutte continue !

#Besançon : Rassemblement en soutien à une caissière ce dimanche 18 janvier – #Urgent

organizecartoon

Camarades,

La CNT-25 organise un quatrième piquet devant l’intermarché Palente (73 bd. L. Blum) pour obtenir que soit payée l’indemnité de précarité de S., ancienne salariée. Un autre cas similaire a déjà été réglé.

Ce sera :

Dimanche 18 janvier de 10h à 12h

Nous aimerions être le plus nombreux possible, vous êtes donc invité-e-s à nous rejoindre. Il s’agit d’informer la clientèle, le personnel et le voisinage par des tracts, affiches, slogans et banderole.

Si vous souhaitez y participer, un ou plusieurs covoiturages peuvent être envisagés, il vous suffit d’écrire à cette adresse :

[email protected] La date et l’heure peuvent être relayées publiquement afin de bénéficier d’une visibilité et d’un soutien maximum.


9-mensonges-une-bonne-dose-de-mauvaise-foi

et la : le Tract intermarché , à diffuser sans modération et par tous les moyens.

Salutations anarcho-syndicalistes, Le secrétaire pour la CNT 25

cnt25Site de la CNT 25 : https://cntbesancon.wordpress.com/

[ATTENTION ! il existe deux intermarchés sur le périphérique, il s’agit de l’intermarché le plus proche des Orchamps/Palente, du lycée Louis Pergaud]

La rentrée libertaire a commencée à Besançon

Voici le programme de la rentrée libertaire bisontine 2013 :

image

Besançon: Rentrée libertaire 2012

Dans le cadre de la semaine de rentrée  libertaire 2012

Rentreelibertaire-copie-2.jpg

Inscriptions auprès des militant(e)s du groupe Proudhon de la FA, à la librairie l’autodidacte ou sur le site de la librairie [email protected]

(Sujet : semaine libertaire 2012)

Source: http://groupe.proudhon-fa.over-blog.com/article-rentree-libertaire-2012-109910517.html

Pour une rentrée sociale et festive, retrouvons-nous autour d’un apéro, de rencontres-débats, projections, concert, repas, animations…

Les élections sont passées, l’été aussi, venez avec nous reprendre la lutte. La CNT, la FA, le SCALP et des libertaires bisontin.e.s vous invitent à participer à une semaine sociale et festive, agrémentée de moments de discussion, de réflexion et convivialité.
Le Resto Trottoir, qui n’est pourtant pas composé que de libertaires, s’associe à cette rentrée parce qu’il partage des valeurs communes telles que l’autogestion, l’absence de hiérarchie et la solidarité.

À Besançon du 22 au 30 SEPTEMBRE 2012, RETROUVEZ :

SAMEDI 22
Organisé par le groupe Proudhon de la Fédération Anarchiste

  • 18 H : Pot de rentrée de l’Autodidacte.
  • 19 H : Spectacle de café-théâtre avec le trio Jean Val et Gé. Une heure de chansons et de sketchs sur des thèmes de société.
  • 20H30 : Utopies et mouvements autogestionnaires : intervention de Michel Antony, suivie d’un débat à 21 H. Michel Antony est spécialiste de l’histoire du mouvement ouvrier et des utopies. Partisan de l’autogestion (impliqué dans la lutte des Lip, en 1973-1974), refusant les pouvoirs institués, il consacre aujourd’hui son engagement à la défense des services publics.
    SALLE BATTANT, 48 rue Battant – Entrée libre.

LUNDI 24
Organisé par la CNT 25

  • 20 H : Projection-Débat : « Europe: L’Insurrection qui vient » – 53 mn. Diffusé le 11/06/2012 à 22h45 par la chaine Canal +, ce film est un concentré de désinformation et de calomnie sur le mouvement anarchiste et les luttes radicales en général. Venez décrypter avec nous la manipulation de masse organisée par les médias au service des classes dominantes. L’AUTODIDACTE, 5 rue Marulaz – Entrée libre.

MERCREDI 26
Organisé par le Resto Trottoir

  • 20H30 : Projection – débat : « Les Insurgés de la Terre » – 54 mn. «  Quand agir pour le bien commun (militer contre les industries polluantes ou pour la démocratie et la solidarité) devient interdit pour protéger les intérêts et profits du Capital… » Le Resto Trottoir propose un film documentaire pour illustrer un débat sur la répression croissante envers les militant.e.s manifestant contre le nucléaire ou les OGM, les déforestations intensives, l’oppression des individus (humains ou animaux), la propriété informatique ou du vivant, etc.
    L’AUTODIDACTE, 5 rue Marulaz – Entrée libre.

JEUDI 27
Organisé par la CNT 25

  • 20H : Projection-Débat : « Squat, la ville est à nous » – 94 mn. Pendant huit ans, de 2003 à 2011, Christophe Coello a filmé de l’intérieur les actions de « Miles de viviendas » (« des milliers de logements »), un groupe de flibustiers barcelonais qui invente mille façons de repousser les murs du possible. Gloria, Vicente, Ada et les autres ne se contentent pas d’investir des habitations promises à la culbute financière, ils impulsent la résistance à l’échelle du quartier.
    L’AUTODIDACTE, 5 rue Marulaz – Entrée libre.

VENDREDI 28
Organisé par le SCALP Besak

  • 20 H : Projection-Débat : « Vu d’en bas : des Tunisiens de Lampedusa à Paris » – 71 mn. Ce documentaire est une chronique filmée de la lutte des Tunisiens à Paris en mai 2011, tournée « en vidéo protection ». Il retrace la lutte des Tunisiens « de Lampedusa » à Paris et de leurs soutiens dans le combat pour la liberté de circulation et d’installation. Ce film souligne entre autre la collusion entre les médias et les politiques.
    L’AUTODIDACTE, 5 rue Marulaz – Entrée libre.

DIMANCHE 30
Organisé par le Resto Trottoir. “De l’argent pour de la nourriture, pas pour faire des bombes !”

  • À partir de 12H30 : Repas mensuel végétalien gratuit et non-exclusif avec sa zone de gratuité (vêtements, chaussures, livres), son infokiosque (brochures, badges, tracts) et ses rencontres.
  • Démonstration de capoeira. C’est un art martial afro-brésilien qui puiserait notamment ses racines dans les méthodes de combat et les danses des peuples africains du temps de l’esclavage au Brésil. Elle se distingue des autres arts martiaux par son côté ludique et souvent acrobatique.
  • King’s Queer en concert. Électro-post-wave débridée, hybride musical, binôme hors-norme, machine et voix, exploration d’émotions, de sensations, parfois drôle, parfois torturé… leurs concerts sont de véritables performances festives, énergiques, éclectiques.
  • Départ d’une ballade à la rencontre d’artistes et d’œuvres de Street Art avec Bien Urbain.

Qui sont et que font les libertaires ?

# CNT 25 :
Anarchosyndicalistes et syndicalistes révolutionnaires, nous luttons sur nos lieux de vie et de travail contre cette société de plus en plus inégalitaire, où d’un côté, les travailleur.euse.s, avec ou sans emplois, soumis de plus en plus à la précarité, à la flexibilité, au chantage à l’emploi et à la remise en cause de leurs acquis sociaux galèrent pour s’en sortir, alors que de l’autre, une minorité de nantis, patronat et gouvernants s’enrichissent sur leur dos. C’est pour ces raisons, et parce qu’il.le.s dénoncent la bureaucratisation des syndicats réformistes, que les militant.e.s de la CNT 25 construisent un syndicalisme différent : autogestionnaire, d’action et révolutionnaire.

# groupe Proudhon FA
Le groupe Proudhon est adhérent depuis quarante ans à la Fédération anarchiste, groupement de militants politiques organisé sur le principe du libre fédéralisme garantissant aux groupes et individus qui la composent la plus grande autonomie. La FA lutte pour une révolution radicale et globale à la fois économique, sociale et politique, pour détruire la société fondée sur la propriété privée ou étatique des moyens de production et instaurer une société sans classes ni État basée sur la libre fédération des producteurs et des consommateurs.
La librairie l’Autodidacte, création du groupe Proudhon, est l’aboutissement d’un long parcours militant et elle a vocation à permettre aux libertaires bisontin.e.s d’utiliser un lieu sans dépendre des pouvoirs publics.

# Scalp Besak
Le Scalp Besak : un collectif antifasciste et libertaire à Besançon. Le SCALP de Besançon est un collectif d’individus uni.e.s par un refus radical du fascisme et du racisme.
Parce que le fascisme se nourrit de la misère, nous luttons contre toute forme d’oppression et d’exploitation (État, capitalisme, sexisme, etc). Le Scalp entend agir de manière autonome et radicale, du local au global, en militant pour développer un large mouvement d’émancipation, social, alternatif et antiautoritaire.

# Resto Trottoir
Resto Trottoir, ce sont des individu.e.s qui se réunissent régulièrement pour créer des moments de convivialité dans la rue en organisant des repas gratuits et végétaliens. Nous voulons nous réapproprier l’espace public, permettre des rencontres entre les gens, discuter et créer des liens, jouer et s’informer, partager…
Tou.tes celle.ux qui le désirent, sont invité.es à participer à la collecte, à la cuisine, au repas ou à faire découvrir vos activités…

Programme de la rentrée :

 

Source: http://restotrottoir.blogspot.fr/